Raccard.com

accueil 

Présentation des ruraux    I    La construction d'un raccard    I    Les sculptures et les dates    I    Notre projet    I    Raccard fini

 


NOTRE PROJET

L'ETAT DU BATIMENT

Le linteau de porte l'inscription M M + H D A M D u 1773. (photo 24)

Le bâtiment mesure 6 m sur 6.50 mètres. Sur la face sud une petite ouverture de 40 x 40 cm devait servir à l'aération (photo 25). Les deux encerclements sont pourris et endommagés (photo 26). Au niveau du carré de madriers inférieur se trouve encore partiellement le toit rudimentaire de l'étable (photo 7).

L'aire à battre s'étend sur tout le tiers central du plancher. Elle est supporté en son milieu par un sommier qui dépasse la largeur du bâtiment de sorte qu'on en voit les têtes sortir sur l'extérieur et reprendre les aiguillées (photo 11 et 27).

Le socle du raccard en pierre sèche est bien ruiné (photo 28). Il subsiste l'entrée double de l'étable destinée aux chèvres ou au cochon (photo 29). Le sol est constitué d'un pavage grossier dont la mise en oeuvre témoigne encore des divisions faites par les propriétaires de l'époque.

A une période de l'histoire le raccard s'est effondré en arrière sur ses pilets. Et divers interventions ont eu lieu sur cet objet, ce qui a modifié son aspect. On notera par exemple que les madriers ne reposent sur les pilets que sur sa partie sud (photo 30). Au nord il n'y a plus ni de pilet ni de palet, le deuxième encerclement repose directement sur le mur.

 

LE PRINCIPE D'INTERVENTION

Restauration:
Notre intervention, une restauration, respectera le bâti traditionnel et acceptera donc certaines contraintes. Les traditions constructives locales seront observées dans la structure bois et la construction en pierre sèche. Aucun excés ne sera fait dans le nombre et les dimensions des ouvertures. L'aspect final se veut sobre.

Développement durable, écologie et économie:
On utilisera les matériaux traditionnels des précédentes générations: la terre, le bois, la chaux, le plâtre, les sables, la terre cuite, les isolants naturels à base de chanvre. On priviliégiera les matériaux naturels que l'on a à portée de la main et ceux trouvés chez les récupérateurs et les « antiquaires ». Les matériaux modernes viendront ensuite, quand on ne peut pas faire autrement.

Autoconstruction:
On appliquera les principes du bioclimatisme. Le chauffage, les sanitaires et la ventilation seront expérimentales, technologiquement simples et pas polluante : poële russe, puit canadien et récupérateur d'eau de pluie. L'optique étant un investissement minimal.



LES PLANS


Création PSarchi.ch

Tous droits réservés  © Raccard.com 2008

contact